Galériens, lavandières, ramendeurs, des métiers oubliés qui ont pourtant fait vivre pendant des siècles les habitants des côtes française. L’exposition « Sur les galets, activités du rivage » retrace l’histoire de ses populations, au musée des pêcheries de Fécamp. 

Article rédigé par

France Télévisions Rédaction Culture

Publié Mis à jour

Temps de lecture : 1 min.

Sur la plage de galets de Fécamp en Normandie, les vacanciers ont remplacé les travailleurs d’antan. Au milieu du 19e siècle, le littoral était prisé des habitants locaux, non pas pour la baignade, mais pour subvenir à leurs besoins. Pêche, ramassage de galets, lavandières, le musée de Fécamp retrace la vie des populations en bord de mer, à travers les âges, grâce aux œuvres d’art. “Il y a une vie, une économie, puisque sur la plage on trouve toutes les activités qui se sont développées autour de la pêche”, explique Céline Mesnard, responsable de la diffusion culturelle du musée de Fécamp.

Grâce aux prêts de plusieurs musées, la vie quotidienne de ses habitants du littoral se dévoile au fil des œuvres et notamment celles des femmes. Au détour d’une toile elles poussent un treuil pour ramener les navires près du rivage, leurs visages crispés. Non loin de là, une aquarelle saisie le triage des poissons au retour de pêche et le ramendage des filets. Cet art de réparer les mailles déchirées était régulièrement confié aux femmes.

Une vie de labeur pour ces habitants dont certaines professions ont été oubliées avec le temps. Comme le travail des galériens, des ramasseurs de galets, arc-boutés toute la journée sous le poids des pierres, immortalisés dans une série de photos et de vidéo.

L’exposition se termine par l’arrivée du tourisme à la fin du 19e siècle, popularisée par les bains de mer et ses prétendues vertus médicinales. Un nouveau poumon économique majeur qui changera définitivement la vie des populations locales, avec l’apparition des premiers hôtels et casinos le long du littoral.

Exposition « Sur les galets, activités du rivage », Les pêcheries, Musée de Fécamp, jusqu’au 7 novembre.

Source

D'autres articles pour vous