Le groupe, lourdement endetté, a retenu cette offre au détriment de celle de l’homme d’affaires tchèque Daniel Kretinsky.

France Télévisions

Publié Mis à jour

Temps de lecture : 1 min

Le logo de l'entreprise Atos sur un bâtiment du groupe informatique à Rennes, le 21 mars 2024. (DAMIEN MEYER / AFP)

Le conseil d’administration du groupe d’informatique Atos, lourdement endetté, a annoncé mardi 11 juin choisir l’offre de reprise du consortium mené par l’entreprise française Onepoint, son principal actionnaire. Cette offre a été retenue au détriment de celle de l’homme d’affaires tchèque Daniel Kretinsky, la considérant « mieux orientée en matière d’intérêt social de la société ».

« Atos travaillera avec le consortium Onepoint pour parvenir à un accord définitif de restructuration financière qui sera ensuite mis en œuvre par le biais d’une procédure accélérée dédiée d’ici juillet 2024 », explique Atos dans un communiqué. L’offre bénéficie « du soutien d’un grand nombre de créanciers financiers d’Atos et assure ainsi avec plus de certitude la conclusion d’un accord définitif de restructuration financière », ajoute-t-il.

Atos, pilier technologique des JO de Paris cet été, avait déclaré avoir besoin de 1,1 milliard d’euros de liquidités pour son activité en 2024-2025 et vouloir réduire de 3,2 milliards d’euros sa dette brute, évaluée à 4,8 milliards d’euros, pour sauvegarder son activité. Après avoir échoué à racheter les activités stratégiques du groupe en 2022 et être devenu premier actionnaire d’Atos avec 9,9% puis 11,4% du capital fin 2023, le patron de Onepoint, David Layani, réussit enfin son pari de reprendre le géant informatique.

Source

D'autres articles pour vous