Depuis quelques mois, le phénomène des « hate raids » – « raids de haine » – a pris une ampleur sans précédent sur la plateforme, selon les victimes.

Article rédigé par

France Télévisions

Publié

Temps de lecture : 1 min.

Ils demande,nt au très populaire service de streaming de mieux les protéger. Des joueurs de la plateforme Twitch ont appelé à une grève des diffusions en direct, mercredi 1er septembre, pour protester contre la vague de harcèlement raciste et misogyne que subissent de nombreux créateurs de contenus.

« Aujourd’hui c’est #ADayOffTwitch (« un jour sans Twitch ») et franchement… C’est cathartique », a tweeté RekItRaven, une joueuse noire qui avait déjà lancé début août le slogan #TwitchDoBetter (« Twitch doit mieux faire »).

Twitch, qui appartient à Amazon, accueille plus de 30 millions de visiteurs par jour. Ils visionnent pour beaucoup des parties de jeux vidéo commentées en direct par les joueurs eux-mêmes, et peuvent interagir avec eux et les autres spectateurs.

Mais depuis quelques mois, le phénomène des « hate raids » – « raids de haine » – a pris une ampleur sans précédent, selon les victimes. Leurs fenêtres de conversation sont régulièrement et soudainement submergées par des insultes portant sur leur couleur de peau, leur orientation sexuelle, leur religion… Voire par des appels au suicide ou des images ultra violentes.

Un porte-parole de la plateforme a indiqué à l’AFP que Twitch « soutenait le droit des streamers à s’exprimer et à signaler des problèmes importants ». « Personne ne devrait avoir à subir des attaques malveillantes pour qui ils sont ou leurs opinions, et nous travaillons dur pour empêcher les comptes interdits de passer entre les mailles du filet, ainsi que sur des améliorations pour rendre Twitch plus sûr pour les créateurs », a-t-il détaillé.

Source

D'autres articles pour vous