Une soirée à oublier. Pour leur première sortie depuis leur élimination précoce en huitièmes de finale de l’Euro, les Bleus recevaient la Bosnie-Herzégovine, mercredi 1er septembre, dans le cadre des éliminatoires pour la Coupe du monde 2022. Mais sur la pelouse du stade de la Meinau de Strasbourg, l’équipe de France a trébuché. Sans idées malgré le trio Benzema-Mbappé-Griezmann, et réduits à dix d’entrée de seconde période, les Bleus ont concédé un match nul bien terne qui, plutôt que de chasser les doutes, les renforce (1-1).

A l’image du but égalisateur, tout a été laborieux ce mercredi soir pour les Français. On joue alors la 38e minute, et c’est un coup de billard à trois bandes qui s’apprête à remettre les Bleus dans le coup. Au corner : Kylian Mbappé. Au premier poteau : Antoine Griezmann et Edin Dzeko. Le Parisien botte le cuir, qui vient rebondir sur la poitrine du Bosnien, puis dans le dos d’un Grizou tout heureux de son coup. Sans réellement frapper, la France vient d’égaliser (38e, 1-1). Un petit miracle qui soulage, mais qui ne libère pas les hommes de Deschamps.

Loin d’être brillants, les Bleus ont balbutié leur football à la Meinau, malgré les bonnes intentions de Paul Pogba, dont la complicité avec Karim Benzema en début de match annonçait une toute autre soirée. Sauf qu’on le sait depuis l’Euro, ce groupe a des problèmes défensifs. Et sur une perte de balle de Thomas Lemar dans son camp, l’équipe de France a été punie par Edin Dzeko, l’éternel attaquant bosnien, à qui il n’en faut pas plus pour faire trembler les filets (0-1, 35e). Contre le cours du jeu, les Bleus se sont ainsi retrouvés menés et sous pression.

Une pression qui n’a fait qu’augmenter au retour des vestiaires. En cause : le carton rouge idiot reçu par Jules Koundé, venu tacler violemment Sead Kolasinac au niveau de la ligne de but bosnienne. Un geste aussi inutile que dangereux, surprenant de la part du défenseur central sévillan encore une fois aligné à droite de la défense par Didier Deschamps.

Le rouge de Jules Koundé, expulsé après l’intervention de la VAR, a achevé de couper les jambes des Bleus. Malgré les entrées intéressantes de Coman et Tchouaméni, la France n’a pu menacer la Bosnie en dehors d’un éclair de Pogba (76e). Pas inquiétés non plus par des Bosniens épuisés, les Bleus ont assuré le point du nul. Un moindre mal.

Source

D'autres articles pour vous