Au Hellfest, frappé par une canicule rarement vue, des dizaines de milliers de festivaliers ont goûté aux flammes de l’enfer le week-end dernier (17 au 19 juin). Le mercure flirtant avec les 40 degrés n’a en rien douché l’enthousiasme des métalleux, euphoriques après deux ans de pandémie qui les avaient privés de cette récréation collective à volume sonore maximum.

En maillot de bain et autres petites tenues cloutées, tous tatouages en avant, les quelque 200 000 festivaliers ont profité des brumisateurs géants installés près des six scènes, se sont baignés dans les points d’eau transformés en piscines et ont accueilli avec des hourrahs les bénévoles du festival qui aspergaient régulièrement les premiers rangs au tuyau d’arrosage pour faire baisser la température, qui dépassait les 40 degrés dans l’après-midi.

Ce cagnard impitoyable n’a pas empêché les amateurs de musiques extrêmes de danser et de pogoter avec une énergie décuplée au rendez-vous de Clisson, au coeur du vignoble nantais, où la bière, plus que le vin, coule à flots.

Comme toujours, le spectacle était autant sur scène que dans le public et les photographes s’en sont donné à coeur joie. Voici quelques souvenirs à emporter de ces trois jours brûlants de musique qui seront suivis le week-end prochain (23 au 26 juin 2022) de quatre autres jours de la même trempe, avec une floppée de stars à applaudir, de Metallica à Alice Cooper, Guns’n’Roses, Scorpions et Bad Religion. 

Source

D'autres articles pour vous