Un projet présenté lundi entend transformer « la plus belle avenue du monde » pour la rendre plus accueillante à tous les publics. La municipalité va s’appuyer sur 150 propositions pour imaginer la future avenue, et promet de donner une réponse avant la fin de l’année.

Radio France

Publié Mis à jour

Temps de lecture : 2 min

Une illustration du projet d'aménagement des Champs-Elysées. (PCA-STREAM / AFP)

Réenchanter vraiment les Champs-Élysées d’ici cinq à dix ans. Un rapport, que franceinfo a pu consulter, contenant 150 propositions sur l’aménagement des Champs-Élysées, a été remis lundi 27 mai à la mairie de Paris. Cette étude, qui a mobilisé près de 200 experts, a été commandée et financée par le Comité Champs-Élysées, qui réunit les propriétaires d’immeubles, des enseignes, des restaurants, des musées et des lieux de culture de l’avenue parisienne

Le projet d'aménagement propose de transformer les Champs-Elysées en espace de vie que les Parisiens se réapproprieront. (PCA-STREAM / AFP)

La municipalité va s’appuyer sur ces propositions pour imaginer la future avenue, et promet de donner une réponse avant la fin de l’année. L’étude de 1 800 pages, qui a coûté cinq millions d’euros et qui est le fruit de cinq ans de travail, préconise « d’augmenter de 13% l’espace réservé à la promenade sur l’avenue haute, de doubler des voies vélos » et de réduire le « nombre de voies de circulation automobile (de 6 à 4) ». 

Plus qu'une simple artère, les nouveaux Champs-Élysées sont pensés comme un quartier
capables d attirer tous les publics (PCA-STREAM / AFP)

Les auteurs du rapport veulent aussi redonner l’accès piéton à l’Obélisque, place de la Concorde, et passer de 17 à 11 voies de circulation autour de l’Arc de Triomphe. L’étude prévoit aussi « la création de 10 000 m2 de prairies et de massifs » et veut « recréer les mythiques jardins des Champs-Élysées (20 hectares) pour en faire un vrai parc parisien, l’égal du [jardin du] Luxembourg et des Buttes-Chaumont ».

Le projet propose d'installer des jardins situés au bas des Champs-Elysées. (PCA-STREAM / AFP)

Les futurs Champs-Élysées imaginés dans ce document comprennent aussi huit « salons végétaux » de 150 m2, avec assises et fontaines à eau, et 25 kiosques avec des activités commerciales. « Il n’est pas question qu’il y ait une privatisation de l’espace public », assure Emmanuel Grégoire, le premier adjoint à la maire de Paris. « Il y a des nouvelles idées pour créer un peu plus d’animation, mais il n’y a pas de volonté de surcommercialisation de l’avenue. Ce n’est clairement pas la nôtre, et je crois qu’elle est partagée avec le Comité », avance-t-il. Le document « peut permettre à la Ville, si elle le décide, de lancer rapidement des concours de maîtrise d’œuvre pour des résultats structurants d’ici 2030 », explique le Comité Champs-Élysées.

Les 20 hectares de jardins pourraient être transformés en parc. (PCA-STREAM / AFP)

Reste la question du financement. Emmanuel Grégoire indique que « ça ne [le] choquerait pas de solliciter des partenaires privés pour cofinancer », tout en indiquant que « cela restera bien sûr un financement public sur ce qui doit rester un espace public ». Le Comité Champs-Élysées propose quant à lui que cette transformation se fasse « dans le cadre d’une gouvernance publique-privée renouvelée, avec la création de l’Alliance Champs-Élysées, une association foncière urbaine dotée de moyens spécifiques ».

Source

D'autres articles pour vous