L’attaquant du Paris Saint-Germain est en conflit avec la Fédération française de football (FFF) depuis plusieurs semaines à propos de la gestion de ses droits à l’image.

Article rédigé par

France Télévisions

Publié Mis à jour

Temps de lecture : 2 min.

La question des droits à l’image de Kylian Mbappé en Bleu n’est toujours pas réglée. L’attaquant a « décidé de ne pas prendre part à la séance photo prévue » mardi 20 septembre avec l’équipe de France. Sa décision fait suite au refus de la Fédération de « modifier la convention » des droits à l’image des joueurs, comme il a fait savoir, lundi 19 septembre, dans un communiqué transmis à l’AFP.

La star des Bleus et du Paris Saint-Germain ainsi que « ses représentants (…) regrettent vivement qu’aucun accord n’ait pu, comme demandé, être trouvé en amont de la Coupe du monde » sur ce sujet, qui a déjà fait polémique en mars. A l’époque, l’attaquant du PSG avait refusé de participer à une séance avec les sponsors des Bleus. Cette décision « ne remet évidemment pas en cause son engagement total et sa détermination à contribuer à la réussite collective de l’équipe nationale pour les importantes échéances sportives à venir », conclut le communiqué du joueur. 

Dans l’édition de lundi de L’Equipe, le président de la Fédération française de football (FFF), Noël Le Graët, disait que cette situation devait être abordée à Clairefontaine ce lundi. Même s’il affirmait que rien ne serait changé avant la Coupe du monde au Qatar : « Je dois a priori rencontrer les joueurs lundi [aujourd’hui] pour échanger avec eux. Après le Mondial, on verra de ce qu’il convient de faire » 

Le droit à l’image colletif régit « les droits et les obligations » des Bleus, depuis leur première sélection jusqu’à cinq ans après le terme de leur carrière professionnelle. Elle date en équipe de France de 2010, à la suite des évènements à Knysna. Ce sont ses termes et cette durée que Kylian Mbappé remet en cause, comme l’expliquait dans L’Equipe son avocate Delphine Verheyden, le 28 mars 2022 « Pour Kylian, ça devrait aller de ses 18 ans à ses 40 ans. Ce n’est pas réaliste de prendre un engagement si long« .

Elle regrettait également que son client soit plus souvent que d’autres, sollicité pour représenter l’équipe de France, et affirmait que la notion d’image collective avait cédé sa place « en réalité à des droits sur l’image des joueurs pris individuellement ». Elle réclamait donc que « les joueurs soient en harmonie avec les publicités auxquelles ils participent.« 

Source

D'autres articles pour vous