Depuis la rentrée, l’animatrice Estelle Denis est à la tête d’un talk-show de trois heures sur RMC Story.

Article rédigé par

Radio France

Publié

Temps de lecture : 1 min.

Cela faisait quatre ans qu’elle était le visage des fins de journée sur la chaîne L’Équipe. À la surprise générale, Estelle Denis a décidé de partir à la fin de la saison dernière pour RMC Story (et la radio RMC). Elle anime désormais Estelle Midi, une émission de débat autour de l’actualité, entourée d’une bande chroniqueurs. « Tout allait bien à L’Équipe, on faisait de supers audiences, j’étais dans mon cocon avec mes potes. Mais je me suis dit que cette proposition ne reviendrait peut-être pas. Et j’avais envie de me mettre un peu en danger, confie Estelle Denis sur franceinfo.

« En année présidentielle, je voulais traiter de l’actualité générale. Je suis ravie, très excitée par ce nouveau challenge. »

Estelle Denis

sur franceinfo

Changement de rythme de travail pour la présentatrice, qui doit maintenant se lever tôt pour préparer sa quotidienne : « Je ne suis jamais juste présentatrice, j’ai besoin d’avoir les mains dans le cambouis. Donc je suis corédactrice en cheffe de cette émission. C’est impossible pour moi d’arriver au bureau et dire : qu’est-ce qu’on fait aujourd’hui ? Je n’ai jamais fait ça. » Autour d’Estelle Denis, pendant trois heures, une équipe de chroniqueurs comme Thierry Moreau, Daniel Riolo, Annie Lemoine ou Laurence Pieau. À eux d’avoir un point de vue tranché sur les sujets du jour. « Si ce sont des robinets d’eau tiède, ça n’a aucun intérêt. Ils ont une liberté totale. C’est à moi de les reprendre s’il y a dérapage » ,estime Estelle Denis. Comme lorsque Thierry Moreau a traité les antivax de connards. Avant de présenter ses excuses face à la polémique.

Comme sur L’Équipe ou auparavant dans Touche pas à mon sport, Estelle Denis joue la cheffe d’orchestre, la meneuse de débat. Un rôle qu’elle apprécie particulièrement. « J’ai horreur d’être seule à l’antenne. J’aime partager et m’amuser, et c’est mieux à plusieurs ! » conclut Estelle Denis.

Source

D'autres articles pour vous