Cette amende intervient alors que les pays de l’Union européenne ont multiplié ces derniers mois les sanctions financières contre les poids lourds américains et chinois du numérique, dans un souci de mieux réguler leurs activités.

Article rédigé par

France Télévisions

Publié Mis à jour

Temps de lecture : 1 min.

Une lourde amende de 200 millions d’euros a été infligée mardi 23 novembre à Amazon et Apple en Italie par le gendarme de la concurrence. Il reproche aux deux géants d’internet d’avoir restreint l’accès à la plateforme Amazon de certains revendeurs de produits Apple. L’antitrust italien a « infligé une sanction de 68,7 millions d’euros aux sociétés du groupe Amazon et une sanction de 134,5 millions d’euros aux sociétés du groupe Apple », précise un communiqué.

Cette amende intervient alors que les pays de l’Union européenne ont multiplié ces derniers mois les sanctions financières contre les poids lourds américains et chinois du numérique, dans un souci de mieux réguler leurs activités.

L’enquête ouverte par l’autorité italienne « a permis d’établir que certaines clauses du contrat signé le 31 octobre 2018 interdisant à des revendeurs officiels et non-officiels de produits Apple et Beats d’utiliser la plateforme Amazon.it et permettant la vente de produits Apple et Beats sur ce marché seulement à Amazon et à certains vendeurs choisis individuellement et de manière discriminatoire, violent l’article 101 du Traité de fonctionnement de l’UE ».

Selon le gendarme italien, l’enquête a permis également d’établir « la volonté » des deux entreprises « d’introduire des restrictions purement quantitatives du nombre de revendeurs » afin d’augmenter leurs gains. Ce comportement est d’autant plus grave aux yeux de l’antitrust italien qu’Amazon « représente le site de commerce électronique où sont réalisés au moins 70% des achats de produits électroniques grand public en Italie ».

« Nous sommes en désaccord profond avec la décision et nous ferons appel », a réagi Amazon, qualifiant la sanction « d’injustifiée et disproportionnée ». « Nous pensons n’avoir rien fait de mal et nous présenterons un appel », a déclaré pour sa part Apple, assurant être engagée en faveur « de la sécurité de nos clients et de l’intégrité des produits qu’ils achètent ».

Source

D'autres articles pour vous