Depuis le BCG, la musique populaire est comme la population française dans son ensemble : elle ne se souvient plus des ravages d’une maladie qui la marqua profondément pendant des générations – à moins d’un cas inquiétant comme dans une maternelle de Gironde.

Radio France

Publié Mis à jour

Temps de lecture : 8 min

Ancienne illustration chromolithographique du grossissement de la bactérie Mycobacterium tuberculosis. (MIKROMAN6 / MOMENT RF / GETTY IMAGES)

La tuberculose, c’est bien pratique quand on écrit des chansons, parce que c’est un mot un peu spectaculaire et inquiétant, qui offre beaucoup de rimes possibles, comme ici chez Michel Jonasz en 1978. Et on sent bien que, chez lui, la tuberculose est un sujet de rigolade.

Pourtant, cette semaine, le spectre de la tuberculose a ressurgi dans l’actualité française, avec le signalement de la maladie d’un professeur dans une école maternelle de Libourne en Gironde. C’est ce contact avec les enfants qui inquiète, évidemment, parce que la tuberculose n’a pas disparu : on compte entre 4500 et 5000 cas en France en 2023. On est très, très en dessous de la terrible prévalence dans ce qu’on a appelé La Belle Époque, au début du XXe siècle.

Dans le second épisode de Ces chansons qui font l’actu, diffusé ce week-end, vous entendez des extraits de :

Michel Jonasz, La drogue m’a mis la main dessus, j’suis foutu, 1978

Patachou, Histoire de roses, 1951

Jimmie Rodgers, TB Blues, 1931

Laelig Boche et Thomas Pacquet, 3 poèmes de François Villon (1. Rondeau) de Jean Cartan, 1927 (enregistrement de 2020)

Jean Ferrat, Le Cœur fragile, 1985

Georges Chepfer, Chanson du timbre antituberculeux, 1934

Cayouche, Sanatorium, 2008

Aida Samb, Daan Tuberculose, 2014

Vous pouvez également suivre l’actualité de cette chronique sur Twitter.

Et vous pouvez aussi retrouver sur ce lien le podcast Derrière nos voix, avec les secrets d’écriture et de composition de huit artistes majeurs de la scène française, Laurent Voulzy, Julien Clerc, Bénabar, Dominique A, Carla Bruni, Emily Loizeau, Juliette et Gaëtan Roussel.

Source

D'autres articles pour vous