La sonde Chang’e-6 a utilisé une foreuse et un bras robotique pour prélever de la terre et des roches, qui pourraient permettre d’en savoir plus sur la formation du satellite naturel de la Terre.

France Télévisions

Publié

Temps de lecture : 1 min

Le module d'atterrissage de la sonde lunaire Chang'e-6 après son atterrissage en Mongolie intérieure, dans le nord de la Chine, le 25 juin 2024. (AFP)

C’est un « succès complet » pour la mission. L’agence spatiale chinoise CNSA a annoncé, mardi 25 juin, le retour sur Terre de la sonde Chang’e-6 avec à son bord les premiers échantillons jamais ramenés de la face cachée de la Lune. En raison de sa complexité technique, notamment en matière de communications, il s’agit d’une des missions les plus ambitieuses jamais conduites par la Chine dans l’espace.

« A 14h07 (4 heures dans l’Hexagone), le module de retour Chang’e-6 s’est posé » dans une zone désertique de la région de Mongolie intérieure (nord de la Chine) « et tout fonctionne normalement », a précisé la CNSA dans un communiqué. La capsule a chuté lentement depuis le ciel grâce à un parachute rouge et blanc avant de toucher terre en douceur et qu’un drapeau chinois rouge et jaune ne soit planté à ses côtés, selon des images diffusées par la télévision étatique CCTV.

La face cachée de la Lune est une région rarement explorée. Elle est appelée ainsi parce qu’elle est invisible depuis la Terre. Elle est très prometteuse pour la recherche car ses caractéristiques accidentées sont moins lissées par d’anciennes coulées de lave que celles de la face la plus proche. Les échantillons prélevés par Chang’e-6, de la terre et des roches, pourraient ainsi permettre d’en savoir davantage sur la formation et l’histoire du satellite naturel de la Terre.

La sonde a utilisé une foreuse et un bras robotique pour prélever les échantillons. Elle a également pris des photos de la surface lunaire et planté un drapeau chinois rouge et jaune dans le sol gris de la face cachée de la Lune. Le géant asiatique espère lancer sa première mission habitée vers la Lune d’ici 2030. Elle prévoit également de construire une base lunaire.

Source

D'autres articles pour vous