Oxfam France demande au gouvernement de mettre en place une écoresponsabilité contraignante pour les grandes entreprises.

Radio France

Publié

Temps de lecture : 3 min

Enseigne de Oxfam France, à Paris, le 12 décembre 2023. (MAGALI COHEN / HANS LUCAS via AFP)

Les entreprises non financières du CAC 40 ont versé en 2022 près de quatre fois plus de dividendes à leurs actionnaires qu’elles n’ont investis dans la transition écologique, pointe mardi 27 mai dans un rapport l’ONG Oxfam France. Pour la première fois, l’ONG a pu collecter les différents investissements verts des entreprises du CAC 40. La transition écologique ne semble pas encore une priorité pour une majorité d’entre elles.

En 2022, le niveau moyen d’investissement vert se situait à 11%, soit en dessous de la moyenne européenne à 15%, selon l’ONG. « Pourtant, en parallèle, les bénéfices du CAC 40 ont explosé en quelques années », dénonce Oxfam. Cette dernière pointe « un modèle court-termiste qui profite majoritairement aux actionnaires et délaisse des investissements tournés vers la transition ».

Des entreprises de l’agroalimentaire sont particulièrement montrées du doigt par Oxfam France. Danone, Pernod-Ricard et Carrefour ont respectivement versé 420, 41 et 22 fois plus de dividendes à leurs actionnaires qu’elles n’ont investies dans la transition écologique. « Les multinationales n’ont plus le choix : soit elles continuent de rémunérer excessivement les actionnaires, qui ont touché 76% de leurs bénéfices en 2022, soient elles choisissent d’allouer leurs investissements au plus grand enjeu du siècle, la lutte pour la survie de la planète », explique Alexandre Poidatz, responsable de plaidoyer secteur privé et climat pour Oxfam France et auteur du rapport.

Oxfam France propose de plafonner les dividendes versés aux actionnaires pour les réorienter vers les investissements verts. Selon l’ONG, « 2% des dividendes et rachats d’actions versés aux actionnaires du CAC 40 auraient suffi à couvrir leurs besoins en investissement dans la transformation écologique ». L’ONG souligne que des entreprises françaises « montrent la voie », notamment le Crédit Mutuel et la MAIF. Depuis 2023, ces deux dernières consacrent respectivement 10 à 15% de leurs bénéfices à la transition écologique et sociale.

Les entreprises du CAC 40 sont très loin d’être alignées sur les objectifs des Accords de Paris, même si on constate du mieux dans la transparence du bilan carbone des entreprises du CAC 40. En 2020, seules 10 entreprises fournissaient un rapport exhaustif de leur bilan d’émissions de gaz à effet de serre, aujourd’hui 37 le font. « Stellantis, TotalEnergies et Airbus représentent le top 3 des entreprises françaises non financières avec la plus grande empreinte carbone », souligne Oxfam France.

En dépit des alertes des scientifiques du Giec et la trajectoire d’1,5°C préconisée par l’Accord de Paris, les entreprises du CAC40 « nous mènent vers un réchauffement à 2,7°C », alerte Oxfam France. « Un tel niveau de réchauffement exposerait 2,1 milliards de personnes à des températures extrêmes », selon l’ONG. Les mauvais élèves sont TotalEnergies, Safran, Airbus et ArcelorMittal, alors qu’au contraire, Alstom et Legrand sont les entreprises les mieux alignées sur la trajectoire des Accords de Paris. « Le CAC 40, qui a délibérément choisi de précariser des millions de travailleurs à travers le monde depuis 40 ans, ne doit pas utiliser les prochaines années pour externaliser sa responsabilité environnementale et climatique », prévient  Alexandre Poidatz.

Oxfam France demande au gouvernement de mettre en place une écoresponsabilité contraignante pour les grandes entreprises. « Il est temps que l’État rééquilibre sa place face au marché, en conditionnant les aides publiques aux entreprises et l’accès aux marchés publics aux investissements dans la transition et cette stratégie climat alignée avec une trajectoire mondiale 1,5°C », conclut Alexandre Poidatz. Oxfam France exhorte également les entreprises du CAC 40 à prendre l’exemple sur le Crédit Mutuel et la MAIF, qui consacrent une partie des bénéfices des entreprises à la transition écologique et sociale.

Source

D'autres articles pour vous