Trois minutes. La trêve entrée en vigueur à 23h30 (heures locales) (20h30 GMT et 22h30 à Paris) aussitôt ébranlée, dimanche 7 août. Dans un communiqué envoyé à 20h33 GMT, l’armée israélienne a déclaré frapper « un large nombre de cibles appartenant à l’organisation terroriste Jihad islamique dans la bande de Gaza », et ce « en réponse à des roquettes tirées vers le territoire israélien »

Quelques minutes plus tôt, Israël avait confirmé l’entrée en vigueur d’une trêve avec le groupe palestinien Jihad islamique, au troisième jour d’hostilités ayant fait des dizaines de morts dans la bande de Gaza.

Dans un communiqué, le bureau du Premier ministre israélien Yaïr Lapid avait dit « pouvoir confirmer qu’un cessez-le-feu prendra effet ce soir à 23h30 ». « Si le cessez-le-feu est violé, l’Etat d’Israël se réserve le droit de répondre fermement », avait-il mis en garde, remerciant au passage l’Egypte « pour ses efforts » de médiation.

Plus tôt dans la soirée, le groupe Jihad islamique avait également confirmé la conclusion d’une trêve avec Israël grâce à cette médiation égyptienne. 

« Il y a peu de temps, une formule a été trouvée pour l’annonce égyptienne de l’accord de trêve, qui porte notamment sur l’engagement de l’Egypte à oeuvrer en faveur de la libération de deux prisonniers », avait affirmé Mohammed Al-Hindi, chef de la branche politique du Jihad islamique, dans un communiqué.

Ces deux prisonniers sont Bassem Saadi, le chef du Jihad islamique arrêté lundi en Cisjordanie occupée, et Khaled Awawdeh. Aucune indication n’a été donnée dans l’immédiat sur les modalités de cette trêve ni sur la date de son entrée en vigueur.

Israël mène depuis lundi 1er août une « attaque préventive » contre le Jihad islamique et « neutralisé » ses chefs « militaires » à Gaza. Jérusalem assure avoir arrêté environ 40 membres de l’organisation islamiste en Cisjordanie, dont son chef Bassem Saadi. Le Jihad islamique a riposté en tirant « plus de 100 roquettes » vers la capitale.

Quarante-et-un Palestiniens dont quinze enfants ont péri dans des frappes israéliennes depuis lundi, selon un bilan du ministère de la Santé gazaoui établi dimanche. Ce bilan est contesté par les autorités de l’Etat hébreu.

Source

D'autres articles pour vous