C’est un dispositif médical novateur : un petit patch que l’on positionne sur la peau au niveau de la gorge, qui capte les mouvements des muscles du larynx – l’organe de la parole – et les transforme en signaux électriques.

Radio France

Publié Mis à jour

Temps de lecture : 2 min

Jusqu'à 30% de la population expérimente dans sa vie un épisode de dysphonie (altération de la voix). (PROF. JUN CHEN LAB / UCLA)

Martin Ducret, médecin et journaliste au Quotidien du Médecin, nous parle aujourd’hui d’une innovation technologique médicale, un patch qui se colle sur la gorge et qui permet de restituer la parole sans utiliser les cordes vocales.

francienfo : Un espoir réel pour des patients atteints de troubles de la voix ? 

Martin Ducret : Oui, c’est une équipe de scientifiques de l’Université de Californie (UCLA) qui a présenté dans la revue Nature Communications, ce dispositif médical novateur. C’est un petit patch de 3 cm sur 3, d’1,5 mm d’épaisseur, et de seulement 7,2 g que l’on positionne sur la peau, au niveau de la gorge, qui capte les mouvements des muscles du larynx – l’organe de la parole – et les transforme en signaux électriques.  

Grâce à une intelligence artificielle, ces signaux électriques sont ensuite traduits en signaux vocaux, et restitués en sons audibles de 40 décibels, c’est-à-dire des sons compréhensibles à 1 mètre, la distance habituelle d’une conversation. 

Ça veut dire que ce dispositif peut restituer la parole sans besoin de l’action des cordes vocales ? 

Oui, exactement. Il faut savoir que, normalement, la vibration des cordes vocales, en plus de la contraction des muscles du larynx, est indispensable pour produire le son d’une voix. Mais avec ce patch, pas forcément besoin des cordes vocales.  

Grâce aux matériaux innovants qui le composent, il peut produire une parole audible, en utilisant seulement les mouvements du larynx. Le tout dans un format réduit, avec une résistance à la transpiration, et sans l’utilisation d’une batterie – le patch s’auto-alimente grâce aux mouvements du larynx. 

Quels patients pourraient, à l’avenir, bénéficier de ce patch ? 

“Des patients présentant une dysphonie, c’est-à-dire un trouble de la voix qui la rend très peu sonore et disgracieuse, m’a expliqué le Professeur Bertrand Baujat, chef du service ORL et de chirurgie cervico-faciale, à l’hôpital Tenon à Paris.

Éventuellement, certains patients ayant eu une chirurgie partielle du larynx, dans les suites d’un cancer.  Mais attention, m’a signalé le Professeur Baujat, même si ce patch fait preuve d’une prouesse technologique indéniable, et offre une piste de recherche très intéressante, son utilité clinique reste à démontrer.”

En effet, il a seulement été testé sur huit volontaires sains, pour entraîner l’intelligence artificielle et évaluer son bon fonctionnement. D’autres études sur des patients souffrant de troubles de la voix sont donc nécessaires, pour valider l’efficacité de ce patch novateur.  

Source

D'autres articles pour vous