Vous avez peut-être la chance de commencer vos vacances aujourd’hui ou vous allez reprendre le travail avec un peu moins de stress que d’habitude. Et si c’était l’occasion de prendre soin de vos nuits ? 

Article rédigé par

Radio France

Publié

Temps de lecture : 1 min.

En matière de sommeil, l’été peut être un moment privilégié surtout pour les vacanciers bien sûr, mais pas seulement. Car vous l’avez dit, parfois l’activité professionnelle et la vie sociale sont plus calmes en août. C’est l’occasion de faire le point sur ses besoins « naturels » en sommeil.

Pas au tout début des vacances où il y a un aspect « récupération » d’un long voyage en voiture, par exemple. Mais après, essayez d’observer votre rythme « spontané ». Tentez d’être à l’écoute des signaux d’endormissement. Et voyez à quelle heure vous sortez de votre nuit sans réveil, en forme. Si vous dormez une ou deux heures de plus que d’habitude, vous êtes sans doute en dette de sommeil chronique. Or, comme l’explique le professeur Xavier Drouot, chef du centre du sommeil du CHU de Poitiers, le cerveau souffre d’un manque de repos permanent. La nuit, il mémorise, ou pas, les expériences de la journée, et surtout, on sait désormais qu’il bénéficie alors d’un nettoyage essentiel à son fonctionnement. En plus, un sommeil profond permet aussi au cœur de ralentir. Cela réduit les risques d’hypertension artérielle. On ne va pas vous détailler toutes les hormones en jeu mais sachez que de belles nuits limitent aussi la survenue du diabète.

On aimerait tous dormir plus en dehors des vacances mais c’est un rêve qui se heurte à la réalité de la vie quotidienne. Bien sûr, c’est difficile, surtout quand on a des jeunes enfants, par exemple. Mais il y a peut-être des améliorations possibles comme réduire le nombre d’épisodes de série télévisée par soirée ? Éteindre ordinateur et téléphone plus tôt car ils diffusent la fameuse lumière bleue qui freine l’endormissement. Réussir à se coucher plus tôt augmente aussi la part du sommeil profond dont on a vu l’importance. Et un autre moyen d’améliorer la qualité de ses nuits est plus délicat : c’est d’essayer de réduire les somnifères si on en prend. Car malheureusement ces médicaments aident à s’endormir, mais créent ensuite un sommeil moins réparateur et c’est un cercle vicieux. Le professeur Drouot propose de profiter du moindre stress des vacances pour baisser doucement la dose. Cela peut être l’occasion de découvrir des techniques de relaxation, des étirements ou même de la méditation. Et si vos insomnies sont trop pénibles, évidemment, préservez vos vacances et n’hésitez pas à chercher de l’aide en rentrant.

Source

D'autres articles pour vous